Virus de l’Hiver

Ils ne nous auront pas!

virus hiver rhume grippe gastro pharmacie saint damien antibes

L’hiver est bien là, le festival des virus va donc pouvoir commencer! Mais, saviez-vous qu’il existe des stratégies simples et efficaces pour se prémunir des virus hivernaux?

La première consiste à comprendre pourquoi il y a tant de virus en hiver. Il semblerait que beaucoup préfèrent les températures basses et les temps humides. Mais pas toujours, et puis tous les virus sont différents. C’est qui est certain, c’est que d’octobre à février, nous avons tendance à rester davantage confinés à l’intérieur, et que cela favorise la transmission de tout un tas de virus que nous portons en permanence.

Autre constat, le temps froid et l’atmosphère sèche des habitations, bureaux, lieux publics, transports en commun, etc., assèchent notre nez, qui est la principale porte d’entrée des virus dans notre organisme (avec la bouche et les yeux). Chaque année, nous contractons en moyenne six rhumes par personne! Près de deux millions de Français environ attrapent la grippe, des centaines de milliers d’enfants en bas âge souffrent de bronchiolites, et des millions d’entre nous sont également victimes de gastroentérites. Si on peut pas échapper à tout,il y a quand même moyen de faire évoluer tout ça dans le bon sens.

Bien les connaître pour mieux se protéger

Mieux comprendre le virus et comment il intervient dans notre organisme pour s’y développer, permet de réagir au bon endroit.

ACTE 1 de l’attaque virale: l’intrusion

Nez, mais aussi bouche et yeux, sont les principaux portes d’entrée de notre organisme. Les cellules situées près de ces voies d’entrée dégradent alors ces intruses. C’est une première réponse immunitaire, dite innée. « ça se fait très bien quand on est un adulte jeune en bonne santé, moins bien chez les enfants, dont le système immunitaire est encore naïf, et chez les personnes âgées, où il est moins réactif », commente le professeur Lina. Alors que les virus grippaux et responsables du rhume vont se loger dans la sphère ORL, les virus responsables de la gastro, eux, se dirigent directement vers leur organe cible : l’intestin grêle.

ACTE 2de l’attaque virale: la duplication

Lorsque le virus n’est pas détruit, il s’introduit dans une cellule-hôte où il va se développer, avant de poursuivre son avancée dans l’organisme. Pendant ce temps, des espions (les macrophages) récupèrent des informations sur le virus, pour les envoyer à nos globules blancs qui sécrètent les anticorps. S’ils ont déjà été confrontés à ce virus, ils trouvent facilement parade, et l’infection est stoppée. Sinon, le virus est envoyé en observation dans les ganglions, la rate ou la moelle osseuse pour y être étudié afin de fabriquer les bons anticorps. Une opération qui peut prendre quelques jours et déclenche, en parallèle, les premiers symptômes de la maladie.

Les bonnes parades

On se lave le nez souvent

Si vous voulez réduire significativement la durée d’un rhume, dès les premiers symptômes, la bonne idée, c’est de se laver le nez à grandes eux. « Cela permet d’humidifier la muqueuse de la cavité nasale (et donc de renforcer sa fonction de barrière), mais aussi d’éliminer les virus présents à la surface de la cavité nasale. Des études l’ont prouvé », explique le Pr Lina. En pratique, prendre une unidose de sérum physiologique, pencher la tête légèrement sur le côté gauche, et propulser énergiquement tout le contenu de la pipette au fond de la narine droite. Puis se moucher. Faire de même de l’autre côté. Un geste à renouveler les trois heures.

On garde le nez humide

L’intérieur du nez étant notre première barrière anti-virus, il est important de préserver son humidité. Or, en automne et en hiver, on a tendance à beaucoup vivre en intérieur où l’air est très sec. De plus, par grand froid, la muqueuse nasale est encore plus asséchée, ce qui affaiblit cette barrière physique.

Boire régulièrement

De l’eau, de la tisane ou du thé (non  sucrés) pour bien s’hydrater.

Humidifier l’air ambiant

En posant des récipients d’eau sur les radiateurs (non électriques). Utiliser au besoin un humidificateur.

Utiliser une écharpe

Pour couvrir son nez quand il fait très froid dehors pour bénéficier de l’humidité dégagée à l’expiration.

 

Virus et bactérie, c’est pas pareil!

  • Le virus n’est pas un organisme vivant; il a besoin d’un cellule hôte, pour prendre son énergie et se répliquer. La meilleure parade: c’est la vaccination. Quand elle existe…

  • La bactérie, elle, est une vraie cellule qui a sa propre énergie. Pour s’en débarrasser , on utilise des molécules qui vont perturber son fonctionnement : ce sont les antibiotiques.

 


Revue Dr. Good -Novembre Décembre 2017

Experts : Pr. Bruno LINA, virologue au CHU de Lyon // Dr. Jacques GAILLAT, infectiologue

Par : Claude VERNER avec Sylvia VAISMAN